Papirosn

 

« A kalte nakht, a nebldike finster umetum
sheyt a yingele fartroiert un kukt zikh arum
Fun regn shtist im hor a vant,
A koshikl trogt er in hant,
un zayne oygn betn yedn shtum
 
Ikh hob shoyn nit keyn koyekh mer
arumtsugeyn in gaz, hungerig un
opgerizn fun dem regn naz.
Ikh shlep arum zikh fun baginen,
keyner git nisht tsu fardinen,
ale lakhn, makhn fun mir shpaz.
 
Kupitye koyft zhe, koyft zhe papirosn,
trukene fun regn nisht fargozn.
Koyft she bilik benemones,
koyft un hot oyf mir rakhmones,
ratevet fun hunger mikh atsind.
Kupitye koyft she shvebelakh antikn,
dermit verd ir a yosiml derkvikn.
Umzizt mayn shrayen un mayn loyfn,
keyner vil bay mir nit koyfn,
oysgeyn vel ikh muzn vi a hunt.
 
Mayn tate in milkhome hot farloyrn zayne hent,
mayn mame hot di tsores mer oyshaltn nisht gekent.
Yung in keyver zi getribn,
bin ikh oyf der velt farblibn,
ungliklekh un elnt vi a shteyn.
Breklekh klayb ikh oyf tsum ezn
oyf dem kaltn mark,
a harte bank iz mayn geleger in dem kaltn park.
In dertsu di politziantn, shlog mikh shvern kantn,
z’helft nit mayn betn, mayn geveyn.
 
Ikh hob gehat a shvesterl, a kind fun der natur,
mit mir tsusamen zikh geshlept hot zi a gants yor.
Mit ir geven iz mir fil gringer, laykhter vern flegt
der hunger, ven ikh fleg a kuk ton nor oyf ir.
Mit amol gevorn iz zi shvakh un zeyer krank,
oyf mayne hent iz zi geshtorbn oyf a gazn-bank.
Un az ikh hob zi farloyrn, hob ikh alts ongevoyrn,
zol der toyt shoyn kumen oykh tsu mir. »

Translation

« A cold night, foggy, and darkness everywhere
A boy stands sadly and looks around.
Only a wall protects him from the rain
He holds a basket in his hand
and his eyes beg everyone silently.
 
I don’t have any strength left
to walk the streets hungry and
ragged, wet from the rain,
I shlep around from dawn.
Nobody gives me any earnings,
everyone laughs and makes fun of me
 
Buy my cigarettes!
Dry ones, not wet from the rain
Buy real cheap,
Buy and have pity on me.
Save me from hunger now
Buy my matches, wonderful ones, the best,
and with that you will uplift an orphan.
My screaming and my running will be for naught.
Nobody wants to buy from me-
I will have to perish like a dog.
 
My father lost his hands in the war
My mother couldn’t bear her troubles anymore
And was driven to her grave at a young age
I was left on this earth unhappy and alone like a stone
I gather crumbs to eat in the *c*old market
A hard bench in the cold park is my bed
and on top of that, the police
beat me with the edges of their swords and sticks
my pleas and my cries are of no use.
 
I had a little sister, a child of nature
Together we shlepped around for an entire year.
When with her, it was much easier for me.
My hunger’d weaken when I glanced at her
Suddenly she became weak and sick
died in my arms on a street bench
And when I lost her I lost everything
Let death come already for me, too. »

Traduction

« Par une nuit froide et brumeuse, dans l’obscurité,
Un jeune garçon, tristement, promène son regard.
Et de la pluie, pour se protéger,
S’adosse contre un mur, son seul rempart.
Il tient dans sa main un panier,
Et ses yeux scrutent en silence pour mendier.
 
Je n’ai plus la force de marcher
Pour errer dans les rues, affamé,
Trempé par la pluie, déchiré,
Je rôde jusqu’à l’aurore.
Personne ne va donc m’aider,
Au lieu de rire et de me railler?
 
Achetez, achetez mes cigarettes!
Sèches, préservées de l’humidité,
Je les vends à bon marché.
Ayez pitié d’un pauvre hère,
Épargnez-moide la misère,
Achetez, achetez mes allumettes!
Les plus robustes, pour sauver un orphelin.
Je cours et je crie mais en vain,
Personne ne va donc rien m’acheter,
À crever comme un chien je suis condamné.
 
Mon père perdit sa main dans une guerre,
Ma mère de ses tourments succomba,
Alors qu’elle était encore jeune, on l’enterra.
Je restais donc seul en ce monde,
Malheureux et seul comme une tombe,
Je ramasse les miettes sur le marché,
Dans le parc je n’ai qu’un banc pour me coucher.
 
J’avais une petite sœur, une enfant du destin,
Ensemble nous errâmes une année entière.
Avec elle la vie paraissait plus légère,
À ses côtés ma faim disparaissait.
Ses forces décrurent, la maladie l’emportait,
Dans mes bras, sur un banc public, elle périt.
Tout ce que j’avais, avec elle, je perdis.
Que viennes pour moi aussi la mort, enfin. »
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s