The Ternovka Sessions

Le tsimbaliste Pete Rushefsky, directeur exécutif du Centre des Musiques et Danses Traditionnelles (CTMD), travaille, en tant que compositeur, à une nouvelle forme de klezmer, qu’il développe ici sous une forme de concert. Celle-ci est inspirée, d’une part, de la musique de cour de l’empire Ottoman et de musiques classiques orientales. On retrouve ainsi, pour le premier genre, le fasil et le perşev et, pour le second, le shash maquâm d’Asie centrale. L’autre source d’inspiration est, d’autre part, la mystique juive, qui invite, dans l’écoute, à la rencontre avec le divin, à travers la méditation et l’exaltation.

Ce concert est ainsi formé de plusieurs motifs qui se succèdent naturellement, en alternant le répertoire traditionnel klezmer avec des composantes plus orientales, les musiques de danse avec des morceaux voués à la contemplation. Du forshpil (le prélude) et dobriden (bienvenue), on passe ainsi au Taksim alef et au Perşev pour revenir encore aux traditions klezmer avec les Nign, Sher un redl et Zay Gezunt. Ceci n’est que pour la première partie de l’album, car le concert est aussi divisé en performances dont la premières est en « La Mogen Avos » et la seconde en « Mi Freygish ».

Cet enregistrement à été voulu par ses compositeurs comme définissant un « arc thématique » qui commence avec une salutation, file selon une trajectoire spirituelle dans laquelle chaque partie à sa fonction et ses composants propres et déterminés, et s’achève par les adieux de circonstances.

Dans ce duo l’on retrouve ici le violoniste Jake Shulman-Ment dont le premier album solo, A Redele (A Wheel) est sorti en 2012. Il travaille depuis plusieurs années à explorer les connexions qui existent entre la musique klezmer et la muzica lautareasca, une branche de musique tsigane de Roumanie. Il a d’ailleurs, reçu, en 2010, une bourse afin d’étudier, de collecter et de jouer la musique traditionnelle de ce pays, berceau du klezmer.

Je vous invite donc à découvrir cet album dont l’originalité démontre bien l’implication et l’engagement de ces deux musiciens à réaliser une forme nouvelle, tout en parvenant à réaliser un mélange complexe et fidèle aux traditions musicales yiddish et orientales. Le fascicule, qui offre des explications minutieuses et documentées reflètent l’érudition de ces auteurs, est aussi rendu agréable à lire par le travail du design graphique d’Avia Moore, experte en danses yiddish traditionnelles.

Si l’album vous plaît et que vous souhaitez aller plus loin, vous pouvez découvrir les travaux du CTMD sur le site http://www.ctmd.org/. Vous y trouverez des archives inédites, des articles passionnants et une programmation de concerts de toutes les musiques traditionnelles du monde.

the ternovka sessions

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s