La Ligue du Klezmer: histoire d’un mouvement estudiantin

N’ayez crainte, mon titre n’est qu’une invention faisant référence à la puissante Ligue du Lierre (The Ivy League) qui regroupe huit des universités parmi les plus prestigieuses des États-Unis et dont la plupart possèdent leur propre kapelye. Ayant moi-même eu l’insigne honneur d’intégrer le Columbia Klezmer Band, sous la direction du talentueux mandoliniste, chanteur et désormais chantre Jeff Warshauer, il me semblait opportun de commencer la rentrée dans une ambiance studieuse en consacrant une étude à ce nouveau vivier de klezmorim. L’enseignement du klezmer dans les universités américaines, largement plus développé qu’en Europe, est une métamorphose historique et institutionnelle avant d’être musicale. Ce mouvement, initié au Conservatoire de Boston, s’est doucement immiscé dans les milieux académiques à travers le pays. Harvard, Princeton et Yale aspiraient bientôt à rejoindre la jeune intelligentsia du klezmer.

C’est le professeur Hankus Netsky qui donna l’impulsion originelle à ce mouvement. Dans son article, Klez Goes to College,1 celui-ci narrait comment, en 1983, il parvint à introduire dans le cursus du Conservatoire de la Nouvelle-Angleterre (New England Conservatory) un cours intitulé: Yiddish Music Performance Styles. Quelques années auparavant, il avait pavé la voie avec le premier concert du Klezmer Conservatory. De ce concert naquit l’orchestre synonyme.2 Suite à ce premier succès, donc, le folklore musical yiddish fut officiellement intégré dans le curriculum du conservatoire, qui entamait alors son exploration, à travers un atelier d’été, du répertoire de Bessarabie.

Les musiciens ne participaient alors qu’à des répétitions informelles, pour les émotions que la musique véhiculait et les difficultés techniques qu’elle offrait. Comme Hankus Netsky le rappelait dans une note, le terme de ‘’conservatoire klezmer’’ était d’ailleurs parfaitement ironique, historiquement contradictoire. En effet, l’hérédité et le tutorat étaient, jusqu’alors, les seuls modes de transmission que les klezmorim connaissaient.  L’enseignement du klezmer dans ces institutions constituait non seulement une rupture en soi mais aurait aussi pu être qualifié comme une réelle révolution et une revanche contre les mesures discriminatoires et antisémites appliquées en Europe, depuis la Russie tsariste ou le Numerus Clausus, qui s’appliquaient aux juifs à l’entrée des conservatoires comme des universités, ne fut aboli qu’en 1917, avec la révolution bolchevik jusqu’en France sous le régime de Vichy.

233_front

Le mouvement mis presque une décennie à se diffuser, d’abord avec Le Yale Klezmer Band, fondé en 1992 par Ken Richmond.3 Situé à New Heaven, dans le Connecticut, cette formation se fit l’une des plus actives dans le monde universitaire. Yale fut d’ailleurs la première à organiser un festival KlezmerPalooza en 1999. La seconde édition eut lieu à Brown, dans la ville de Providence, l’année suivante, alors que s’y formaient, pour l’occasion, les Yarmulkazi (du yiddish Yarmulke: la kippa).

À Princeton, dans le New-Jersey, des musiciens venus de Russie et d’Australie rejoignirent en 1998 des étudiants américains. Ils se nommèrent les Klezmocrats avant de devenir l’orchestre professionnel des KlezDispensers. Ce fut ensuite au tour de Wesleyan ou, alors que Hankus Netsky, encore lui, préparait sa thèse sous la direction de Mark Solin, décida de renforcer encore le mouvement sous l’impulsion de ce dernier. Puis, l’université d’Harvard rallia la Ligue. Les RecKlez rédigèrent même une constitution, un document unique et digne de la rigueur des illustres jurisconsultes formés dans cette école. À Ithaca, Joel Rubin, clarinettiste et ethnomusicologue allemand, profita de son semestre au département de musique pour monter en 2004 le Cornell University Klezmer Ensemble avant de réitérer l’exploit lors de son passage en Virginie.

Plusieurs albums ont été enregistrés sans qu’aucun n’ai jamais été commercialisés, pour la bonne raison qu’il s’est toujours agi d’orchestres qui, bien que loin d’être amateurs ou dilettantes n’en restaient pas moins des formations d’étudiants réunis par une passion exclusive de la musique. On peut citer à titre d’exemples l’Université de Virginie, qui réalisait Simchah! (2005), le Recklez d’Harvard, qui a produit Sketches of Freylekhland (2008), une compilation d’enregistrements réalisés sur plusieurs années, ou encore les klezmorim d’Ithaca et leur titre d’album exotique: Music for Hawaiian Gardens (2009).

À la veille de cette rentrée, je voulais enfin saluer, impatient que j’étais de les retrouver, mes camarades de l’Unterband4 avec qui je passais l’année à à répéter dans les chambres d’étudiants, à jouer sur la pelouse du campus, lors de manifestations improvisées devant la bibliothèque et de réunions annuelles d’anciens élèves.  J’ai écrit cet article pour Nathan et sa mandoline, Gabriel et sa contrebasse, Avinoam et sa trompette, ainsi que pour tous les klezmorim qui viennent consolider l’avenir de cette nouvelle coalition qui s’étend désormais du Massachussetts jusqu’en Californie.

Sketches from Freylekhland

cd-cover-back

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Notes:

  1. Netsky Hankus, Klez Goes to College, in « Performing Ethnomusicology », University of California Press, 2007, pp. 189-201.
  2. Le Klezmer Conservatory Band, pilier de la revitalisation du klezmer et dont Jeff Warshauer fut l’un des membres fondateurs.
  3. Conducteur de l’orchestre, il publia leurs arrangements dans ‘’The Klezmer Band Bb Folio’’, disponible chez Tara Publications.
  4. Unterban désigne en yiddish le métropolitain, lieu idéal pour les klezmorim new-yorkais.

1 Comment

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s